L’Epouvanteur

« L’Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable ».

Les plaines du Lancashire en Angleterre, sont peuplées de créatures étranges, visqueuses, poilues, crochues, informes et puantes. Les forces obscures peuplent les coins sombres des forêts. Un homme arpente ces bois aux fins du jours, l’air autour de lui est vapeur et ses grandes jambes bondissent par dessus les cours d’eaux boueuses et sans fond. Sa cape verte frotte le sol, la couvrant de terre humide. Son empressement rompt le silence de ces bois sinistres. Où va-t-il s’exclame les arbres tordus. Les yeux invisibles de l’homme semblait pourtant fixé son objectif, une maison bordée de quatre jardins, eux même entourés d’un mur de pierre blanches sous le reflet de la Lune. Il porte au dessous de son aisselle, le pouvoir de changer nos mondes. Il tient un livre pour la bibliothèque de cette demeure, il possède : »The Wardstone Chronicles » !!!

Cet homme est en réalité Sir Joseph Delaney, écrivain anglais, auteur du roman connu sous le nom d’ »Epouvanteur » en France. Ses mots sont parvenu jusqu’entre mes mains. J’aimerai aujourd’hui vous en lire quelques passages. Mais auparavant il me faut vous conter le peu d’histoire que je me dois de vous confier : »Thomas Ward. Le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître très exigeant, lui apprend à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire…Cependant, il libère par mégarde la terrible sorcière Mère Malkin et l’horreur commence ». Vous l’aurez compris ce roman aux allures quelques peu fantastiques presque trop enfantines cache derrière ses pages reliées, de sombres créature de l’ombre. De trop jeunes enfances lectrices pourraient se perdre dans les méandres des univers de Delaney. Il écrit 12 tomes de cette série, et bien que je n’ai à l’heure actuelle pas encore terminer, je me dois de vous conseiller cet ouvrage qui, je dois l’avouer, peut donner la chair de poule. Suivez le conseil inscrit au dos « Attention ! Histoire à ne pas lire la nuit… ».9782747017107

« Les pas sonnèrent sur le carrelage, s’avançant vers moi, de plus en plus près, et je ne percevais à présent un halètement, tel celui d’un énorme cheval de trait qui tire sa charge sur un chemin pentu. Au dernier moment, les pas se détournèrent, se dirigèrent vers la fenêtre. Je n’osais plus respirer, tandis que la créature, elle, aspirait de grandes bouffées d’air comme si elle n’arrivait pas à s’emplir les poumons. » P 46epouvanteur2

Laisser un commentaire

Lecorpoete |
Histoiredelartedna |
Arts Guil |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Richard vanloot
| Fredecreations
| Azéma Marine